Episode 4 Les coulisses du biz et visa E-2 : trouver plus de 100 000$

Commentaires (5) Visa investisseur USA

Testez si vous êtes éligible à partir travailler aux Etats-Unis en cliquant ici !

Après l’épisode 3 de la banque, nous arrivons au stade de la réalisation du Business Plan. Ainsi que de la recherche des fonds nécessaires pour le dépôt de la demande de visa E-2.

Combien faut-il de fonds pour prétendre à un visa E-2 investisseur ?

Eh bien… Il n’y a pas de limite minimum ni maximun! Vous pouvez investir autant que vous le voulez dans votre projet.

Cependant, il est très risqué de déposer un dossier à l’immigration avec moins de 60 000$ d’investissement de départ. Et attention, je parle bien d’apport financier ! Si vous choisissez, comme je l’ai fait, d’ajouter à votre capital de départ : Les dépenses réalisées, la valeur du temps passé ou la valeur de ce que vous avez produit jusqu’à présent, ce sera en plus de l’apport financier. Lui seul est pris en compte lors du dépôt du dossier à l’immigration.

Pour notre type de business qui est un business en ligne, l’apport conseillé est de 100 000$. C’est un minimum pour optimiser les chances de validation du visa E-2. Cependant, même avec un apport de ce montant ou plus, on n’est jamais sur à 100% du résultat. Tout dépend de la personne qui examinera votre dossier à l’ambassade !

Bien sur , il y a déjà eu des business déposés avec moins de 100 000$ (à 30 000$ par exemple), et c’est passé ! Tout ça pour vous dire qu’il n’y a pas de minimum pour l’investissement du visa E-2. C’est juste plus risqué et voir sa demande rejetée avec un investissement faible.

Pour certains business comme les activités commerciales physiques. Ceux qui impliquent l’achat de matières premières ou d’investissement lourd de départ, (exemple : machine, etc) . L’investissement devra être plutôt de 250 000$ minimum pour optimiser au mieux vos chances.

Ok parfait ! Mais comment réunir cet argent ? Car comme la plupart du commun des mortels, nous n’avions pas ce montant en banque…

Comment réunir les fonds ?

Alors 2 solutions :

  • Faire un prêt en France, pour le financement de la société aux USA
  • Trouver des investisseurs.

Il y a aussi la solution du crowdfunding. Mais finalement je n’ai pas eu le temps de l’étudier. J’ai pris ma décision avant.

Chacune de ces 2 solutions ont des avantages et des inconvénients :

Le prêt à la banque

Point négatif

  • Le prêt à la banque, c’est risqué si la société ne fonctionne pas, le prêt sera toujours là. Il faudra le rembourser quoi qu’il en soit,
  • Nécessité de monter un dossier béton et le présenter aux banques.

Point positif

  • En faisant un prêt à la banque, je reste à 100% des parts de la société. Si ça marche du tonnerre, et bien je suis méga gagnante !

Appel de fonds auprès des investisseurs

Point négatif

  • Il faut faire une croix sur les 100% des parts de la société, et être prêt à partager ses parts avec d’autres personnes
  • Rendre des comptes aux investisseurs tous les mois

Point positif

  • Moins risqué, l’investisseur prend le risque de perdre son argent si la société ne fonctionne pas

Donc en gros, on se partage le risque entre plusieurs personnes ! Mais si la société se développe comme prévu dans le Business Plan. C’est très intéressant pour les investisseurs.

Pourquoi ? Parce qu’ils auront investi peu, pour un revenu conséquent ! Donc gros retour sur investissement.

Ma décision  » investisseurs »

J’ai finalement pris la décision « investisseurs ». Deux personnes étaient intéressées pour investir dans le projet. En discutant autour de moi, j’ai finalement pu regrouper 6 investisseurs en plus de mon investissement personnel.

Certains ont quadruplé leur mise, d’autres se sont désistés, et de nouveaux se sont greffés. Il a fallu 2 à 3 mois de négociation pour finaliser le montant à investir pour chacun. Définir la répartition des parts en fonction de l’investissement. Fixer l’accord sur le Business Plan et la stratégie de la société.

Selon l’avocat, concernant mon dossier, le critère pour avoir un visa E-2, c’est que le demandeur du visa (moi) soit détenteur de 51% ou plus des parts de la société. Sinon, ça ne fonctionne pas ! Aussi dans mon cas, la volonté a été que les autres investisseurs soient en majorité de nationalité française (qui est ma nationalité) . Qu’ils n’aient pas l’intention de faire une demande de visa E-2 pour eux.

Comment trouver des investisseurs ?visa E-2 investissement

Pour convaincre les investisseurs d’investir un certain montant d’argent. J’ai réalisé un Business Plan et prouvé que ma stratégie pour générer du chiffre sera efficace.

Alors, j’ai travaillé le « mission statement » de la société (le cœur de métier de la société). C’est aussi très important pour le dépôt du dossier à l’ambassade.

Afin d’optimiser mes chances d’obtenir le visa E-2 et, conseillée par mon avocat en immigration. J’ai préféré déléguer la partie rédaction du Business Plan à Joorney, un service spécialisé sur les demandes de visa E-2 (d’ailleurs, société créée par un Français). C’est cette société qui a pris en charge l’analyse de marché. Ce service a coûté 1 650$ à la société.

Puis j’ai défini les prévisions de chiffres d’affaire en fonction de la stratégie qui sera mise en place. La stratégie a été tout simplement de me baser sur le revenu actuel généré par la société. Multiplier ce chiffre en fonction de l’étude de marché réalisée (en partie par la société, mais aussi par moi-même).

La répartition des parts

Dès que j’ai pris ma décision « investisseur », j’ai pris aussi rendez-vous avec une avocate business franco-américaine qui m’a expliqué comment répartir les parts. Car tout ce que je vous dis ici, c’est absolument tout nouveau pour moi !

Concernant le calcul, j’ai donc rassemblé l’ensemble de ce qui fait la valeur actuelle de la société :

  • Temps déjà passé à développer la société pour chacun des membres
  • Valorisation de la société actuelle
  • Montant de l’investissement apporté par chacun

J’ai donc établi un fichier Excel, avec en colonne, les investisseurs, et en ligne, tous les acteurs (3 ci-dessus) impactant le pourcentage de parts pour chacun.

Le principe : A chaque fois qu’un de ces éléments changeait, (un investisseur plus fort, ou du temps rajouté), cela impactait le pourcentage de tout le monde. Et plus la somme de l’investissement grimpait, plus le pourcentage de parts de chacun diminuait.

Objectif atteint !

Je vous avoue qu’il n’a pas été facile de mettre d’accord tout le monde. Suite à la montée d’investissement, un investisseur s’est désisté. Nous sommes donc partis avec 5 investisseurs, pour un montant total de 135 000$ USD.

Objectif 100 000$ USD atteint !

Une fois que tous les investisseurs ont donné leur accord sur le Business Plan et sur la répartition des parts. Chacun a ensuite transféré son investissement sur le compte bancaire approprié. Et nous avons tous signé un « amemdment » à l’Operating Agreement.

L’Operating Agreement

Ceci dit, être plusieurs membres dans la société peut entraîner des complications… Le rôle de l’Operating Agreement, c’est justement de mettre au clair dès le début, toutes les règles à respecter entre les membres, pénalités de non respect des obligations, etc.

L’Operating Agreement est un document d’une trentaine de pages qui contient toutes les règles entre membres : Si un membre revend ses parts. Un membre est rajouté . Une levée de fonds. Si quelque chose arrive au manager de la LLC (moi entre autre). Le fonctionnement des réunions entre membres. Les investisseurs ne procèdent à leur droit. La société fait faillite. L’accord sur la répartition des parts, etc…

Dans l’Etat de Californie, l’Operating Agreement est obligatoire. Même pour un entrepreneur / investisseur solo. Il est optionnel dans certains autres Etats.

J’ai donc fait appel à mon avocate business pour rédiger ce document. Elle a rédigé l’Operating Agreement de la société USponsor me avant que les investisseurs rejoignent le bateau. Toutes les règles d’une LLC multi membres ont été prises en compte. Ce service a coûté 850 $ à la société.

Puis le jour où j’ai reçu l’argent des investisseurs sur le compte professionnel. Ce document a été revu par tous les membres. Ils ont signé l’« amendment » pour donner leur accord avec ce document.

Pour des questions pratiques, comme il nous était impossible de se réunir physiquement, j’ai utilisé l’outil DocuSign, un outil de signature digitale très performant.

Cependant, le montant de l’investissement n’est pas le seul facteur de réussite de l’obtention visa E-2… Ce qui compte beaucoup aussi, c’est le fait que le dossier doit être cohérent et béton. Il faut  qu’il tienne la route. Cela fera le sujet du prochain épisode de la saga. 

Avez-vous l’intention de monter un business aux USA ? Et si oui, quel moyen allez-vous choisir pour réunir l’investissement nécessaire pour le visa ?

Testez si vous êtes éligible à partir travailler aux Etats-Unis en cliquant ici !

5 reponses pour Episode 4 Les coulisses du biz et visa E-2 : trouver plus de 100 000$

  1. Serge dit :

    Toujours aussi intéréssant!

    merci beaucoup Sarah pour ce retour d’expérience et surtout bon courage pour les prochaines étapes !

    ps: pour répondre à ta question, pas encore l’intention de monter un business, je suis arrivé il y a seulement 6 mois aux USA. Mais je garde cela précieusement dans un coin de ma tête pour un futur proche 🙂

  2. ARNAUD dit :

    Bonjour Sarah,
    Peux tu préciser quand tu comptes procéder à l’étape suivante, ie la construction du dossier (cohérent et béton). ?
    Merci d’avance pour tes conseils.
    Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.